Bilan

     S'il est évident que les agrocarburants apparaissent comme l'une des meilleures alternatives au pétrole dans le monde des transports, quelques objections s'opposent à leur développement immédiat.

 

  En effet les biocarburants sont aujourd'hui très coûteux, parfois même plus que le pétrole lorsque le prix du baril de brent est à la baisse comme en ce moment. Cette caractéristique les rendent donc peu attractifs à court terme pour les entrepreneurs, et ce notamment en France où la fiscalité leur est plutôt défavorable. Mais grâce aux exemples de pays comme le Brésil ou encore les États-Unis qui jouent la politique du développement des agrocarburants avec persévérance, et qui commencent à en récolter les fruits, la France peut aujourd'hui instaurer en partenariat avec l'Union Européenne un plan de développement de ces carburants de nouvelle génération et se fixer des objectifs réalistes sur le long terme. De plus, s'ajoutent à ces perspectives écologiques favorables de nombreux atouts économiques et politiques: relance du secteur primaire, indépendance énergétique impensable avec le « système pétrole », espoir de se procurer une nouvelle source d'énergie presque inépuisable...

 

  Mais de nombreux doutes sont émis quant à leur impact sur le long terme. En effet cette technologie n'est encore qu'au stade de tâtonnements par rapport à l'industrie pétrolière qui possède près de 100 ans d'expérimentation d'avance. Ainsi, même les chiffres concernant le bilan énergétique des agrocarburants sont encore contestés ; ce qui remet donc en cause leur place dans la promotion du développement durable. De plus, le bien-fondé de leur généralisation sur le territoire est mis en doute. Ainsi l'objectif d'indépendance énergétique mis en avant par les promoteurs des agrocarburants n'est pas accepté par certains qui envisagent un simple déplacement de cette sujétion vers les producteurs de ressources agricoles à plus bas prix. A cela s'ajoute un évident problème d'éthique. En effet mettre de la « nourriture » dans une voiture semble contestable à l'heure où des millions d'hommes meurent de faim.

Bilan sur la situation actuelle de la filière biocarburants

 

  Ainsi nous pouvons imaginer que les biocarburants actuellement distribués sur le marché pourraient être utilisés comme transition avant que les avancées techniques nous proposent des produits plus performants et présentant moins de désavantages. Et celles-ci sont réellement en marche. Il existe déjà une seconde génération de biocarburants qui a l'avantage de ne pas utiliser la partie nourricière de la plante (qui pourrait donc être utilisée à des fins alimentaires). De plus une troisième et une quatrième génération de biocarburants sont à l'état d'élaboration, qui réduisent encore les points faibles des agrocarburants que nous connaissons déjà, utilisant des algues par exemple...

 

  Nous pouvons donc dire que si les produits actuels sont encore imparfaits, l'avenir reste prometteur et les biocarburants tiendront sûrement leurs promesses, et remplaceront le pétrole dans le monde des transports.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site